mardi 28 juillet 2020

LA MAISON DES ARTISTES , un échec prévisible


En préambule de cette séance du 2 juillet 2020 du conseil municipal,  l'adjoint aux finances Yvonick Plaud informe tous les présents que, s'agissant d'une procédure judiciaire de conciliation devant le Tribunal de Commerce, les 
éléments et projets exposés ce soir sont confidentiels en vertu de l'article L.611-15 du Code du Commerce.

Mais il n'est pas demandé au public de se retirer et dès le lendemain du conseil un enregistrement filmé complet de la séance a été diffusé au grand public sur face book, sans aucune restriction.
Je me sens donc autorisé à relater l'essentiel des échanges sur ce dossier tout en restant discret sur certains

Le dossier est présenté par Yvonick Plaud.

La commune a lancé en 2013 un projet à vocation culturelle à la Villa de la Tournette, bâtiment patrimonial et historique au sein du Parc Couttet, lui même rénové la même année.
Le projet de « Maison des Artistes » proposé par le musicien André Manoukian et par Pascal Armand a été retenu. Il prévoyait une activité commerciale (bar) générant des recettes et une activité culturelle (résidence de création et enregistrement d'albums, concerts).
Un bail commercial entre la commune et la SARL « La Maison des Artistes » a été conclu le 8 juillet 2014 pour une durée de 9 ans.
La SARL Maison des Artistes a investi 390 000 euros pour l'aménagement intérieur de la villa au moyen de 2 emprunts au Crédit agricole de 320 000€ en 2014 puis 50 000€ en 2015.
La commune,
Le concept permettait ainsi d'accueillir des artistes et de proposer des concerts gratuits.
Ainsi, la Maison a pu accueillir plus de 168 groupes, 800 musiciens, et donner 600 concerts.
Mais l'équilibre commercial n'a jamais été atteint. La perte était de 30 000 euros par an, soit 150 000 euros en 2019. L’exiguïté de la salle, le fait que de nombreux amateurs venaient écouter les concerts sans consommer, comme l'a fait remarquer très justement l'élue d'opposition Isabelle Colle, vouaient l'entreprise à l'échec.
On aurait pu s'en douter dès le départ. La commune et André Manoukian se sont lancés das cette aventure sans étude de marché sérieuse. Le déficit était prévisible.

En 2017, le Groupe BONTAZ avait pris une participation majoritaire (65/35) dans la SARL avec l’intention de créer un groupe média avec télévision et rachat de Radio Mont Blanc. Il voulait agrandir la surface commerciale par l'adjonction d'une véranda. Mais le coût des travaux de 500 000
Le Groupe BONTAZ a alors cherché, en vain, un nouvel investisseur. Face à cette situation, il a décidé de fermer la maison le 30 septembre 2019.
La Maison des Artistes n'a par ailleurs pas pu payer à la commune les loyers de mars 2019 à février 2020, pour un montant total de 16 800 euros.

Il a ensuite été envisagé le redéploiement de la Maison des Artistes via une reprise par la commune des parts sociales du Groupe BONTAZ pour 1 euro et la création d'une Société d’Économie Mixte (SEM) dans laquelle la mairie est majoritaire à 64,1 % aux côtés d'André Manoukian et de Pascal Armand. La SARL récupère le montant du compte courant d'associé du Groupe BONTAZ pour un montant de 517 000 euros.
Il est donc décidé de résilier le bail commercial signé en 2014 pour 9 ans avec la SARL Maison des artistes. La commune renonce au recouvrement des 16 800 euros de loyers impayés, de même qu'elle fait remise des taxes foncières et d'ordures ménagères de 2017 à 2019.

Sur les 390 000 euros que la SARL avait investis dans l'aménagement intérieur, la commune propose de rembourser 192 000 euros en versements échelonnés d'ici 2025. Cet arrangement est avantageux pour la commune.

Une négociation intervient entre la SARL et le Crédit Agricole pour les deux emprunts avec un abandon de créance de 60 000€ et un paiement de 93 000 €.

Ces longues négociations de 7 mois avaient pour but d'éviter une liquidation judiciaire et de conserver la vocation culturelle initiale de la Maison des Artistes grâce à une SEM dans laquelle la commune sera majoritaire. Yvonick Plaud conclut en affirmant qu'il vaut mieux une longue négociation qu'un long procès.

Isabelle Colle, de la liste Jean Fabre, toujours très active dans les débats,
pose fort judicieusement une question essentielle
Le leader de l'autre liste d'opposition, François-Xavier Laffin, lui aussi toujours très impliqué dans les débats avec le maire, pose la même question, restée sans réponse, du coût total pour la collectivité et s'inquiète de l'absence de projet précis pluriannuel pour la vie future de la Maison des Artistes. Il annonce que sa liste vote contre le protocole transactionnel.

L'élue de la majorité Juliette Martinez
Pierre Carrier

Il faut ensuite désigner les 10 administrateurs de la nouvelle SEM.
Sont désignés par le conseil, aux côtés d'André Manoukian et de Pascal Armand :
- Jean-Michel Couvert
- Juliette Martinez
- Elisabeth Chays
- Jonathan Chihi
- Léa Dévouassoux
- Aurore Termoz
- Isabelle Colle
- Olivier Nau

La majorité approuve la convention de cession de parts sociales détenues par le Groupe BONTAZ au sein de la SARL Maison des artistes, à conclure entre la Commune et le Groupe.
Si vous désirez faire un commentaire, cliquer sur la ligne orange ci-dessous "Aucun commentaire, ou 1, ou 2 etc... commentaires"

samedi 25 juillet 2020

Conseil municipal du 22 juillet 2020 Les buvettes de Chamonix et la rénovation du Montenvers



Il n 'est pas très facile pour un observateur comme moi d'assister en libre auditeur à ces séances du conseil municipal.

Elles ont maintenant lieu, non plus dans la salle du rez de chaussée de la marie, non plus dans la salle Paul Payot du Majestic aux dimensions modestes, mais dans la grande salle où la distanciation physique entre les 29 conseillers est respectée.
Le public est rassemblé tout au fond de la salle. L'écran avec les données essentielles et les chiffres se trouve à l'autre extrémité de la salle, donc illisible à cette grande distance. La sonorisation est aléatoire. Si les élus disposent chacun d'un micro avec haut parleur individuel, il n'en est pas de même pour le public qui reçoit un son diffus et atténué. Ceci est aggravé par le port du masque respecté par tous les élus, qui étouffe leur voix . Cela explique parfois quelques petites erreurs de retranscription.
Heureusement il y a l'enregistrement d'excellente qualité diffusé sur face book sur le site de la mairie de Chamonix, pour ceux qui ont la patience d'écouter 3 à 5 heures de débat.

Communications du maire

- Le nouveau bivouac des Périades a été installé sur son nouvel emplacement à 10m de l'ancien.
Grâce à la générosité des donateurs, grâce à l'action engagée et soutenue du guide Jeaan Sébastien Knoetzer, qu'on ne félicitera jamais assez pour cette entreprise, grâce à l'aide gracieuse du pilote Pascal Brun, il a été possible, d'abord de descendre l'ancien refuge déstabilisé, lequel poursuivra ses jours au Musée de Chamonix, puis de construire et installer sur sa nouvelle plate forme un refuge identique à l'original construit bénévolement par le menuisier Frédéric Ravanel.
Ainsi ce sublime endroit qu'est l'arête des Périades pourra-t-il continuer à héberger quelques rares alpinistes épris de solitude, d'aventure et de beauté.

- Arrêté de protection des habitats naturels du mont Blanc en collaboration avec Chamonix, Les Houches et Saint Servais, pour une meilleure gestion des flux sur la voie normale du mont Blanc. L'élu-guide Claude Jacot expose les enjeux et explique les actions pour la préparation d'un débat nécessaire avant accord.

Convention Région Unie. Le maire annonce une réunion le 28 juillet, en présence de Laurent Wauquiez, pour lancer un soutien aux activités des micro-entreprises affectées par la crise du coronavirus.

Fermeture du refuge du Couvercle. Claude Jacot explique que l'on profite de cet été à faible fréquentation dans les refuges pour faire des travaux de rénovation à l'intérieur. La difficulté d'accès a beaucoup limité le nombre de visiteurs et l'on peut réduire la capacité de 120 à 60 et quelques places.

RAPPORTS D’ACTIVITÉ DES BUVETTES-REFUGES de la commune de Chamonix
Ces constructions sont propriétés communales et sont confiées par DSP à des gérants candidats.

Refuge de Bellachat (2 136m)
Le contrat a été signé en 2009 avec la famille Georges Balmat pour une durée de 20 ans.
Le chalet annonce un chiffre d'affaire de 81 378 €, soit + 4 % en cinq ans, comprenant les consommations et les nuitées.
Il prévoit un programme d'investissements de 6 550€ : panneaux solaires, paravalanche, réfection cave et salle d'eau.
Du bas de la vallée, il est assez éloigné, mais on y accède plus facilement par le téléphérique du Brévent.

Buvette des Gaillands
Sa facilité d'accès au bord de la route, l'attractivité du mur d'escalade et de l'accrobranche, en font la buvette les plus rentable de la vallée.
Elle est gérée par l'Association de Développement des Sports de Montagne, filale de la Cie des Guides. La convention a été signée en 2013.
Son chiffre d'affaire 2019 est de 127 575€, en progression de + 36,8 % depuis 2016.
Depuis 2013, elle a réalisé un programme d'investissements de 25 312€

Chalet-buvette du Rocher des Mottets (1 702m)
Il faut une bonne marche pour s'y rendre. Mais le point de vue exceptionnel sur les Drus et la Mer de Glace (ou ce qu'il en reste) vaut bien la balade et on peut y passer une nuit inoubliable sous tente-bulle.
Il est géré depuis 2013 pour 9 ans par Cathy Simond et Oliver Decrette.
Le chiffre d'affaires 2019 est de 100 842€, en progression de 120 % depis 2015.
42 533€ ont été investis en 2019 : tente-bulle, téléphonie, matériel, terrasse.

Chalet-buvette du Cerro (1 358m)
On y accède rapidement depuis la plate forme du tunnel, ou un peu plus longuement depuis le village des Pélerins si la route du tunnel est bloquée.
La convention a été signée en 2016 avec Timothée Mottin, également célèbre par ses remarquables conférences de géopolitique à la Petite Université de Chamonix.
On dispense à la buvette des cours de « permaculture en montagne ».
Le chiffre d'affaire réalisé en 2019 est très modeste à 20 388€, + 38 % depuis 2016.
Les investissements engagés depis 2016 s'élèvent à 17 058€.

Chalet-buvette de la Floria (1 332m)
Accessible après une bonne petite marche.
Son drapeau est visible depuis les Praz, annonçant son ouverture.
Il est géré depuis 2016 par Mme Laurence Sammarchi pour une duée de 6 ans.
Son chiffre d'affaire 2019 est de 51 380€, en progression de 22,8 % depuis 2016.
Les investissements depuis la signature s'élèvent à 19 385€, essentiellement, chaque année, pour le fleurissement qui est une spécialité de cette buvette.

Chalet-buvette de la Cascade du Dard (1 232m)
Bien que facilement accessible depuis la route du tunnel, sa fréquentation n'est pas des plus fortes.
Il est géré depuis 2018 par Mme Raphaëlle Poulain pour une durée de 9 ans.
Son chiffre d'affaire 2019 est de 18 980€, soit + 21 % en 3 ans.
Raphaëlle a effectué depuis le départ 6612€ non prévus au contrat.

RÉNOVATION DU SITE DU MONTENVERS
En fin de séance, est projeté à l'écran un diaporama pour expliquer le projet de rénovation du site du Mont envers qui vient d'être approuvé à l'unanimité par la Commission Départementale des Sites.
Une nouvelle télécabine partira de la gare d' arrivée du train, laquelle a été réhabilitée, pour aboutir au pied des échelles, à 600m en amont de la grotte actuelle. Cet appareil est conçu pour une durée de 20 à 30 ans et sera démontable. A proximité de son arrivée sera creusée une nouvelle grotte avec les moyens modernes.
Les terrasses panoramiques sont également en réfection, et le Centre d'interprétation des Glaciers et du Climat sera aménagé sous la terrasse d'arrivée sur 600m².
Le Temple de la Nature sera également rénové, et il y a tout un programme de retraitement des cheminements et garde-corps.
Le projet sera soumis à la Commission Nationale des Sites en octobre prochain.

Prochaine parution : le gros dossier de la Maison des Artistes

Si vous désirez faire un commentaire, cliquer sur la ligne orange ci-dessous "Aucun, ou 1, ou 2... commentaires".

lundi 20 juillet 2020

Conseil municipal du 10 juillet 2020, suite et fin

 
Les élus prennent connaissance du rapport annuel du domaine skiable de la Vormaine pour l'année 2019.
Ils ont pu consulter le dossier en mairie .
- 275 000 euros on été investis, notamment sur le téléski T3.
- Les recettes de l'année sont en augmentation de 40 000 euros.
- Le domaine a dû fermer le 15 mars 2020 au lieu du 15 avril. Les saisonniers ont été payés jusqu'à ce dernier jour. Les gérants on pu percevoir la prime d'intéressement.
- Le tarif augmente de 4,85 %, ce qui donne un forfait journalier à 19,80 €.


Rapport 2019 de la Grotte de la Mer de Glace
- Le total d'exploitation est de 1 000 106 euros.
- Le montant prévu des investissements est de 170 600 en 2021.
- Il y a eu en 2019 sur la télécabine 327 280 montées et 251 721 descentes.


Tarifs 2020 - 2021 de la Compagnie du Mon-Blanc
- L'augmentation est statutairement limitée à 4,24 %.
- Le Chamonix le Pass Gens du Pays sera vendu 1194 euros.
- Le MBU subit une augmentation de 3,51 %
- Les tarifs de vente sur internet sont très avantageux.
- Suite à la perte d'usage du MBU due au confinement, 70 % des clients ont choisi comme compensation l'achat d'un forfait 2021 réduit à 753 euros.


Domaine des Planards
- C'est un site « compliqué » dit le maire. La luge fait l'objet d'une exploitation privée. Le domaine skiable est soumis à une DSP signée avec la mairie.
- La mairie vote le déclassement et la vente des portions du chemin communal des Planards utilisées par la SEP des Planards pour le passage de la luge.
- Un million d'euros d’investissements est envisagé sur les deux téléskis, sur la neige de culture et sur la sécurisation.
- Le contrat de concession est prolongé jusqu'au 30 avril 2021, après quoi une nouvelle DSP sera lancée.
- ll est remis aux élus un « Rapport sur la concession de service public pour l'aménagement et l'exploitation du domaine skiable des Planards ».
- L'élue d'opposition Isabelle Colle demande s'il est bien raisonnable, si l'on réfléchit à l'avenir du site menacé par le réchauffement climatique, d'investir dans de la neige de culture à 1 000m d'altitude. Eric Fournier lui répond que les appareils modernes de neige de culture ne sont pas mauvais pour l'environnent. Il aurait tout simplement pu lui répondre que pour les 20 années à venir il ne devrait pas y avoir trop de difficultés à fabriquer de la neige au Savoy et aux Planards.
- La fréquentation des remontées mécaniques des Planards est en baisse régulière. De 574 649 passages en 2010 elle tombe à 486 653 en 2019. Moins de débutants à ski aujourd'hui à Chamonix qu'il y a 10 ans ?
L'acte 1 de la prochaine DSP est entériné ce soir
.
Club House du golf de Chamonix
C'est l'association du golf qui a en charge l'exploitation du Club House propriété communale dont l'activité est limitée à un service de bar-sandwicherie, pour ne pas concurrencer le restaurant de la Cabane.
Ce dernier restaurant est aujourd’hui la propriété de la SAS Le Birdie. Celle-ci a donné son accord à la modification de la clause de non concurrence de 1985 qui autorise le Club House à servir désormais de la petite restauration.
L'élu Patrick Bettin, golfeur, aurait préféré une suppression pure et simple de la clause et pas une simple modification.
C'est en fait le restaurant La Cabane qui va gérer le Club House cet été les jours de compétitions  et non plus un sous-traitant désigné par le Club de Golf.

Le conseil examine ensuite le compte administratif 2019
L'adjoint Yvonick Plaud consacre une heure à expliquer ce budget aux conseillers.
Ce sont plus de 100 pages de chiffres dans le dossier du jour et j'ai du mal à choisir ceux que je vais vous communiquer !
- Les recettes du budget général sont de 52 065 K€ dont 4 000 K€ d'emprunt.
- Les dépenses s'élèvent à 44 632 K€ dont 14 820 K€ d'investissements.
- L'épargne disponible est de 7 395 K€.
- Les dépenses de fonctionnement s'élèvent à 25 698 K€.
- Les charges de personnel représentent 49 % des dépenses de fonctionnement.
- L'encours brut de la dette est de 38,324 millions d'€,, contre 38 438 en 2018.
- Le budget SPIC Parkings en résultats cumulés est en très forte augmentation : 713K€ contre 92 K€ en 2018, mais il y a eu moins d’investissements en 2019 qu'en 2018.

Les chalets buvettes de la commune bénéficient d'un abattement de 50 % sur leur redevance communale au titre de l'année 2020 suite aux pertes de revenus dus à la crise sanitaire.
Le Centre de bien ëtre QC Terme bénéficie aussi d'une exonération de sa redevance communale du 15 mars au 15 juin 2020.
 Si vous désirez faire un commentaire, cliquer sur la ligne orange ci-dessus "Publier un commentaire"

jeudi 16 juillet 2020

Conseil communautaire du 15 juillet 2020






Après le coup de théâtre du 1er tour, Eric Fournier réélu à la présidence de la Communauté de commune de la Vallée de Chamonix Mont Blanc (ComCom)

Les pourparlers et négociations auront duré jusqu'à la dernière minute dans les allées de la grande salle du Majestic.
La séance est ouverte et présidée, devant un nombreux public, par le doyen d'âge Yvonick Plaud.

Après un petit mot d'introduction au cours duquel il déplore les polémiques et manœuvres qui ont précédé cette séance, allant même jusqu'à parler de vengeance après le résultat des élections municipales, il fait l'appel des 27 conseillers communautaires, 13 pour Chamonix, 10 pour les Houches, 3 pour Servoz et 1 pour Vallorcine.

Il annonce d'abord que le vote aura lieu à bulletins secrets en 3 tours, les deux premiers à la majorité absolue, le troisième à la majorité relative.
Puis il fait appel aux candidatures.
C'est à ce moment que le coup de théâtre survient : il y a trois candidats !
- Xavier Chantelot des Houches
-Yvonick Plaud de Chamonix adjoint au maire
- Nicolas Evrard maire de Servoz

Eric Fournier n'est pas candidat et cède sa place à son adjoint aux finances !

Le résultat est le suivant :
- Xavier Chantelot recueille 10 voix
- Yvonick Plaud obtient 10 voix
- Nicolas Evrard 6 voix
- Un bulletin blanc

Il faut procéder à un deuxième tour.
Mais auparavant Nicolas Evrard demande une suspension de séance. Les protagonistes se retirent pour négocier. Que s'est-il passé pendant ces ultimes pourparlers qui ont duré 30 minutes ? Eric Fournier a-t-il, en dernière minute, obtenu des garanties ?

Deuxième coup de théatre. Qui est candidat pour ce deuxième tour ?
Yvonick Plaud se retire.
Nicolas Evrard se retire.
Se présentent :
- Xavier Chantelot
- Eric Fournier

Le vote se déroule dans un silence impressionnant, l'urne circule parmi les 27 conseillers (une procuration) et le résultat tombe :
Xavier Chantelot 11 voix
Eric Fournier 15 voix
Un bulletin blanc

Eric Fournier élu !

On pourra longtemps épiloguer sur les dessous de cette élection.
Eric Fournier disposait de 9 voix sûres, celles de sa liste au conseil municipal de Chamonix.
Mais il obtient 15 voix, donc six qui lui viennent soit de son opposition, soit des élus des petites communes, ou des deux. Certains ont-ils négocié une bonne place dans l’exécutif? Et qui a voté blanc ?
Xavier Chantelot a obtenu une voix de plus que celles des 10 élus des Houches. D'où lui viennent cette ou ces voix ?
On ne peut répondre à aucune de ces questions, c'est justement la raison d'être du vote à bulletins secrets, c'est que l'on ne sait pas qui a voté pour qui.
Après un court discours très consensuel d'Eric Fournier, Xavier Chantelot puis les 3 maires des petites communes font chacun une intervention, tous souhaitent travailler ensemble dans un esprit de concorde. Il n'y a aucune invective, aucune agressivité.

Après une deuxième longue suspension de séance, on procède à l'élection des 8 vice-présidents, à bulletins secrets, toujours, un par un.

1er Vice-président : Nicolas Evrard, maire de Servoz, 21 voix et 6 bulletins blancs
Il aura en charge le territoire et l'économie. 
2è Vice-président : Xavier Chantelot des Houches, 24 voix et 3 blancs.
Chargé de la culture et des ressources humaines
3è Vice-président : Jérémy Vallas, maire de Vallorcine, 25 voix, 1 blanc et 1 nul
Chargé de la cohésion sociale et des infrastructures...
4è Vice-président : Hervé Villard de Chamonix, 25 voix, 1 blanc et 1 nul
Chargé de la transition écologique et énergétique.
Non élu initialement à la ComCom, il a bénéficié de la démission de Jonathan Chihi afin de prendre en charge ce poste de première importance.
5è Vice-président : Cédric Désailloud des Houches, 24 voix et 3 blancs
En charge du tourisme. 
6è Vice-présidente : Aurélie Beaufour de Chamonix, 21 voix, 5 blancs, 1 nul
Chargée des sports et de l'équitation
7è Vice-président : Philippe Charlot de Chamonix, 24 voix et 3 blancs
En charge des transports et de la mobilité.
8è Vice-présidente : Ghislaine Bossonney, maire des Houches, 22 voix, 4 blancs et 1 nul
En charge des finances.
Elle obtient un poste essentiel à la ComCom, sans doute le plus important, les négociations avec son président ne seront pas toujours faciles !

Est ainsi respectée la règle de répartition : 3 vice-présidents pour Chamonix, 3 pour Les Houches, 1 pour Servoz, 1 pour Vallorcine.

La séance n'est pas terminée, il faute encore élire, un à un, 7 conseillers délégués. Le 8è sera élu lors d'une séance ultérieure.

1er Conseiller délégué : Patrick Devouassoux, de Chamonix,18 voix, 9 blancs
En charge des infrastructures, attaché à Jérémy Vallas
2è Conseiller délégué : Catherine Favret, des Houches, 24 voix, 2 blancs, 1 nul
En charge du territoire, attachée à Nicolas Evrard
3è Conseiller délégué : Isabelle Moreau Petit-Jean, de Servoz, 25 voix, 2 nuls
Sort  et vie associative, en lien avec Aurélie Beaufour
4è Conseiller délégué : Karine Mieusset, de Chamonix, 25 voix, 2 blancs, 2 nuls
Ressources humaines, attachée à Xavier Chantelot
5è Conseiller délégué : Christophe Bochatay, des Houches, 25 voix, 1 blanc, 1 nul
En charge des transports, attaché à Philippe Charlot
6è Conseiller délégué : Marie-Chantal Forte, de Servoz, 22 voix, 4 blancs, 1 nul
Chargée de la cohésion sociale et de la santé, attachée à Jérémy Vallas
7è Conseiller délégué : Elodie Bavuz de Chamonix, 25 voix, 2 blancs
Aménagement, planification, urbanisme, innovation numérique, attachée à Nicolas Evrard.

On aura compris l'importance de ces nominations, la communauté de communes augmentant chaque année ses prérogatives dans de nombreux domaines essentiels à la vie de la vallée.

Si vous désirez faire un commentaire, cliquer sur la ligne orange ci-dessous "Aucun commentaire, ou 1, ou 2 etc... commentaires"

lundi 13 juillet 2020

Conseil municipal du 10 juillet 2020



 18

La séance a lieu au Majestic dont l'espace permet, mieux que l'Hôtel de ville, le respect des règles sanitaires.
Il y a très peu d'absents aujourd'hui pour cette très longue séance.
Le conseil est désormais entièrement filmé et enregistré par trois caméras situées de chaque côté de la table en U. L'enregistrement peut être visionné sur le site face book de la mairie.
Un premier conseil débute à 17h, consacré à l'élection des grands électeurs de la commune qui iront à Annecy le 27 septembre prochain pour l'élection départementale des sénateurs.
Deux listes sont en présence, celle d'Eric Fournier avec 13 titulaires et 2 candidats pour la liste de F.X. Laffin. On doit élire 15 conseillers plus 5 suppléants.
Un cafouillage étant survenu au dépouillement du premier vote, avec un résultat arithmétiquement impossible, il a fallu voter un deuxième fois, un quart d'heure a été perdu, et pourtant, que les minutes étaient précieuses ce soir là !
Ont été élus grands électeurs :
- Jonathan Chihi
- Charlotte Demarchi
- Yvonick Plaud
- Karine Mieusset
- Philippe Charlot
- Aurélie Beaufour
- Patrick Devouassoux
- Elode Bavuz
- Hervé Villard
- Michèle Rabbiosi
- Bernard Ollier
- Elisabeth Alvarinas
- Claude Jacot

- François Xavier Laffin
- Isabelle Matillat

L'élu de l'opposition Jean Fabre n'a pas voulu présenter de candidat. Il explique qu'il est contre le Sénat, assemblée inutile, installée dans le luxe du Palais du Luxembourg, coûtant très cher à l’État, au mode d'élection peu démocratique. Lui et sa colistière ne participent donc pas au vote.

Le vrai conseil du jour débute à 17h45
Le maire fait quelques communications dont nous retiendrons les principales :
- L'enquête publique pour le renouvellement de la télécabine du Tour est en cours.
- Le Comité Départemental des Sites a voté à l'unanimité en faveur du projet de rénovation du Montenvers, dont une nouvelle télécabine en direction d'un point situé 800m en amont de l'actuelle grotte. Toutes les installations actuelles seront démontées. Ce vote est d'autant plus étonnant que siègent au comité des représentants des associations environnementales.
La décision doit être confirmée le 1er octobre par la Commission Nationale des Sites, puis le projet doit être approuvé par la ministre Barbara Pompili.
- Le maire annonce l'ouverture en septembre de consultations spécialisées à l'Hôpital de Chamonix dont la chirurgie viscérale, la chirurgie orthopédique, la chirurgie du sport, la gynécologie, la psychiatrie, etc... Renseignements auprès de l'Hôpital de Chamonix. C'est un juste retour des choses après la désertification en spécialistes qu'a connu la vallée en quelques années. Mais on ne parle pas encore de cardiologie, d'ophtalmologie, de dermatologie… Espérons qu'un jour…
- Le maire annonce une réunion des professionnels du tourisme le 28 juillet.

Le maire fait ensuite voter à l'unanimité une motion à adresser au Président de la République :
« Pour une utilisation du F.D.P.I.T.M.A conforme à sa vocation initiale et utile à la transtion écologique du territoire »
Le F.D.P.I.T.M.A est le Fonds pour le Développement d'une Politique Intermodale des Transports dans le Massif Alpin.
Les crédits abondant ce fonds viennent principalement des bénéfices du Tunnel du mont Blanc s'élevant à plusieurs dizaines de millions d'euros et n'ont pas été affectés à leur objet initial : le financement du report modal et du transfert du trafic de marchandises de la route vers le rail.
La Cour des Comptes en 2019 avait déjà dénoncé l'anomalie.
Jean Fabre, qui est à l'origine de cette motion, est en plein accord avec le maire sur ce sujet. Il précise que ces sommes ont été dévoyées vers le deuxième tunnel de Maurienne. Il suggère qu'on dresse un plan de l'utilisation de ces fonds dans notre vallée, par exemple financer la gratuité totale du train depuis Saint-Gervais.
Eric Fournier rajoute que la ligne Saint-Gervais - la Roche est « préhistorique » et qu'elle nécessite un gros budget de réhabilitation.
La motion demande également l'engagement de l’État français sur le non doublement du tunnel du mont Blanc. Il y a des années que la municipalité Fournier se manifeste contre les pressions continues venues d'Italie. On attend avec impatience la prise de position de la ministre de la Transition Ecologique.

Rapport annuel de la Compagnie du Mont-Blanc
Le dossier du conseil de ce soir fait déjà une bonne centaine de pages.
Aussi, le volumineux rapport de la Compagnie pour l'année 2019 est-il consultable en mairie par les élus. A eux d'aller le lire en mairie...
Le président Matthieu Dechavanne vient fournir quelques précisions, dont de nombreux chiffres. Je retiendrai uniquement les points forts de son intervention. C'est l'exercice du 1er juin 2018 au 31 mai 2019 qui est commenté.
- La télécabine de la Flégère a coûté 20 millions d'euros. Sa topographie était particulièrement difficile. Avec la même somme en France, on construit 3 appareils identiques, dit le président !
- Le téléphérique de l'Aiguille du Midi draine 4 millions de clients par an ! Autant en hiver qu'en été. Les domaines skiables accueillent 2,4 M. de clients par an.
- La CMB détient 100 % des actifs de la Vormaine.
- Elle gère 20 points de vente de restauration/souvenirs.
- Les étrangers représentent 2/3 de la clientèle en hiver.
- En 2018, la Compagnie a du faire face à une série d'incidents graves :
Longues fermetures de l'Aiguille du Midi pour des avaries sur les câbles.
Problème de motorisation et de poulies à Charamillon et à Planpraz.
En mars-avril 19 les problèmes de la gare supérieure de Bochard déstabilisée par la fonte du permafrost.
Le 11 septembre 2018 le grave incendie de Lognan qui a détruit les deux téléphériques.
Il y a eu aussi l'avarie du câble tracteur à Bochard.
Le président assure que la compagnie est bien assurée contre les pertes d'exploitations, mais que les négociations sont très dures, notamment suite à l'incendie de Lognan.
- Le départ de la famille Sibuet du Grand Hôtel du Montenvers. La société a été reprise par la SHCR.
- La Compagnie du Mont-Blanc a investi 18,5 millions sur les domaines skiables dans la période de la DSP depuis 2013. « On investit le double ce ce qui se fait en moyenne dans la profession ». Ceci explique l'augmentation des tarifs. C'est une réponse à Isabelle Colle colistière de Jean Fabre qui s'étonnait de l'augmentation continue et soutenue de ces tarifs : + 19,5 % depuis 2015 sur le Rapid Card! « N'est-on pas déconnectés de l'économie générale ? ». « Tout ce que l'on gagne on l'investit » précise Matthieu Dechavanne.
- 6 millions d'euros sont reversés pour différentes activités de la vallée, dont le transport, le Club des sports, etc.
- Les taxes diverses représenten 3 millions d'euros.
- François Xavier Laffin demande pourquoi les propositions de tarifs arrivent si tard et si une réflexion a été engagée sur la surfréquentation des domaines et son impact sur l'environnement et la qualité de vie des habitants La réponse de Mr Dechavanne est : « On y réfléchit. On cherche à améliorer les transports dans la vallée en collaboration avec la commune ».
- A Isabelle Matillat qui s'inquiète des effets du réchauffement climatique sur les installations,
c'est Claude Jacot, adjoint à a montagne, responsable d'un groupe de travail sur le sujet, qui lui répond que, soutenus par un contrat signé avec l'EDITEM, tous ces points fragiles sont suivis avec une attention toute particulière : Aiguille du Midi, Pyramides, Refuge des Cosmiques, Bochard, Aiguille des Grands Montets dont le sommet est en roche plus dure qu'on ne le pensait et qui devrait pouvoir supporter une nouvelle gare. La CMB dépense 500 000 euros par an pour des travaux de conforconfortement à l'Aiguille du Midi. Elle a payé 1,2 Million d'euros pour les travaux  de Bochard non remboursés par les assurances..
- Il y a eu 4,6 millions d'euros de travaux sur la télécabine Panoramic de le Vallée blanche.
- Jean Fabre demande au président Dechavanne si la Compagnie du Mont-Blanc participera au coût élevé du futur parking du Grépon. La réponse est positive.
- Olivier Nau de la liste Chamonix s'engage s'inquiète de la fréquentation de plus en plus importante des VTT dans la vallée. Matthieu Dechavanne précise qu'il y a un problème d'embarquement des nouveaux modèles à jantes larges. Eric Fournier explique qu'il appartient à la ComCom de choisir les sites et d 'élaborer un plan de développement. On ne résoudra pas ainsi le peroblème de surfréquentation !
- En réponse à F.X. Laffin, le président ptécise que la crise de la Covid 19 en 2020 a fait perdre 10 M. d'euros de chiffre d'affaire à la compagnie. Même les recettes de juin après confinement sont en baisse de 85 %. Sur juillet on estime la perte à 40 %. Il y a très peu d'étrangers cette année.



La suite du compte rendu de ce conseil du 10 juillet dans une très prochaine publication
.
Si vous désirez faire un commentaire, cliquer sur la ligne orange ci-dessus "publier un commentaire" 
.

mercredi 27 mai 2020

CONSEIL MUNICIPAL DU 26 MAI 2020: Installation de la troisième municipalité Fournier.





La séance inaugurale s'est déroulée dans la grande salle du Majestic, avec une certaine solennité.

Pour respecter la distanciation, les élus étaient séparés de deux mètres, répartis sur deux rangées de part et d'autre du fer à cheval. Arrivés tous masqués, beaucoup, mais pas tous, ont « tombé le masque » une fois la séance ouverte.
Les deux élus de la liste Jean Fabre siègent à l'extrémité de l'aile droite. Les cinq de la liste François-Xavier Laffin siègent à l' extrême gauche ! Faut-il y voir une signification politique ?
C'est l'adjoint Yvonick Plaud, doyen d'âge, qui a ouvert la séance par un cours discours d’introduction. Il n'a pas manqué de lancer aux élus des listes d'opposition quelques sarcasmes  en référence à leurs attaques jugées déloyales en cours de campagne électorale.
Il rappelle les résultats du scrutin du 15 mars :
- 1657 voix pour la liste d'Eric Fournier, Ensemble le pouvoir d'agir, 50,78 %, qui obtient 22 sièges sur 29.
- 1118 voix pour la liste de François-Xavier Laffin, Chamonix s'engage, 34,26 %, qui obtient 5 sièges, François Xavier Laffin, Françoise Trappier, Patrick Bettin, Isabelle Matillat et Olivier Nau.
- 488 voix pour la liste de Jean Fabre, Une nouvelle voie ,14,96 %, qui obtient deux sièges, Jean Fabre et Isabelle Colle. Jean Fabre était bien présent à cette première séance du conseil.
La cadette Juliette Martinez assure le secrétariat de l’élection du maire. Olivier Nau et Isabelle Colle procèdent au dépouillement des bulletins de vote.
Eric Fournier obtient 22 voix, contre 7 abstentions, celles des élus d'opposition, qui 'ont pas présenté de candidat à cette élection.


Eric Fournier monte alors à la tribune du Majestic pour son discours d’intronisation . Il remercie les élus de son dernier mandat, il salue les anciens élus présents dans la salle, il félicite les nouveaux élus pour leur belle campagne électorale et les félicite pour leur implication immédiate dans l'action municipale face à la crise sanitaire, alors qu'ils ne sont même pas officiellement installés. Ils ont participé à des permanences quotidiennes, à des distributions de masques, etc...  Puis il s'adresse aux listes d'opposition pour leur dire que l'inventaire de leurs différences est loin d'être achevé, tout en espérant de leur part une participation positive au débat municipal.

Il explique que la crise sanitaire  et la situation exceptionnelle que nous connaissons ont eu un impact considérable sur l'activité touristique de la vallée. La perte pour la commune de Chamonix est à ce jour supérieure à 4 millions d'euros. Les communes touristiques vont déposer une demande d'abattement de 50 % sur deux ans du SPIC (fond de répartition des communes riches vers les communes pauvres).


Le maire annonce aussi avoir reçu 194 réponses des socio-professionnels de la vallée au questionnaire envoyé pour connaître les conséquences de la crise sur leur activité.
Il prévoit toute une série d'exonérations de loyers, de droits de voirie et de terrasses, de frais généraux, notamment pour les deux maisons de santé de la Communauté de communes.


Bernard Ollier, en tant qu'ancien élu – il entame aujourd'hui son cinquième mandat – prend ensuite la parole pour féliciter le maire et le remercier de son discours. Il s'insurge contre le recours déposé par la liste de François-Xavier Laffin au Tribunal administratif contre l'élection d'Eric Fournier. Le maire répond en souhaitant un traitement rapide de cette affaire par le tribunal, mais ne peut en dire plus. Cette démarche a été très mal perçue par le clan majoritaire.
A signaler qu'en Haute Savoie il y a eu des recours dans 25 communes ! Le plus souvent motivées par les conditions de l'organisation du premier tour de l'élection.


On procède ensuite au vote du nombre d 'adjoints à désigner.
Les communes ont le droit de nommer au maximum un nombre d'adjoints égal à 30 % du nombre d'élus, soit huit.
L'opposant Jan Fabre estime que ce nombre est excessif et que cela coûte cher à la commune.
Quant à François-Xavier Laffin il estime que compte tenu de son score à l'élection, au moins un adjoint aurait pu être choisi sur sa liste.
Autant vous dire que le maire n'a accédé à aucune de ces demandes !


Une liste de huit adjoints est soumise au vote des élus :
Elle obtient 22 voix et 7 abstentions.
Sont élus :
1er adjoint : Aurore Termoz
2è adjoint : Jonathan Chihi-Ravanel
3è adjoint : Charlotte Demarchi
4è adjoint : Yvonick Plaud
5è adjoint : Karine Mieusset 
6è adjoint : Bernard Ollier
7è adjoint : Michèle Rabbiosi
8è adjoint : Claude Jacot
On remarquera que trois nouveaux élus obtiennent des postes d'adjoints dans un bon rang !
Jonathan Chihi-Ravanel donne lecture de la charte de l'élu. L'article 2 me semble particulièrement important car il résume tous les autres :
« Dans l'exercice de son mandat, l'élu local poursuit le seul intérêt général, à l'exclusion de tout intérêt qui lui soit personnel, directement ou indirectement, ou de tout autre intérêt particulier ».


Eric Fournier détaille ensuite les responsabilités qui seront confiées à des élus délégués , pas moins de dix en plus des adjoints !
Le détail des affectations vous sera tès certainement communiqué par la mairie dans les jours à venir.
Dès aujourd’hui, on peut annoncer qu'Aurore Termoz et Charlotte Demarchi s’occuperont du logement, Jonathan Chihi de la citoyenneté et de la participation, Michèle Rabbiosi de la vie quotidienne et du cadre de vie,  Elisabeth Alvarinas des anciens, Philippe Charlot des transports, 
Jean-Michel Couvert du foncier et du patrimoine, Bernard Ollier de l'environnement, Patrick Devouassoux des travaux, Marie-Noëlle Fleury de l'économie circulaire et des grands événements sportifs, Claude Jacot de la montagne, Pierre Carrier des sports, Juliette Martinez de la culture et de l'animation, Yvonick Plaud des finances, Elodie Bavuz du suivi des investissements, Karine Mieusset des ressources humaines, Lea Devouassoux de la communication, Laurent Collignon de la moyenne montagne et de l'agriculture, etc...
J'ai sûrement oublié d'en noter…
L'attribution exacte des huit adjoints n'a pas été donnée, sans doute n'est-elle pas encore déterminée.

Si vous désirez faire un commentaire. Cliquer sur "commentaires" ci dessous.