mercredi 30 décembre 2015

Vidéo du jour de l'an pour chamoniards: manoeuvres de cordes

Et très heureuse année à tous mes lecteurs



Si vous désirez faire un commentaire. Cliquer sur "commentaires" ci dessous.

dimanche 20 décembre 2015

Conseil municipal du 18 décembre 2015

Au nom du conseil, la première adjointe Aurore Termoz  félicite  le maire pour sa réélection au conseil régional.

Communications du maire

Rénovation énergétique des habitations principales
Une permanence « Act-Habitat » se tiendra  tous les  1er et 3è mercredi du mois en mairie, de 9 à 12h. Vous pourrez y obtenir tous les renseignements sur vos projets de travaux et connaitre le montant des aides qui vous seront attribuées.

Le guide Jean Claude Charlet d’Argentière, 62 ans,  élu à la présidence de la Compagnie des Guides. Il avait déjà été président s de 1990 à 1994.

L’assemblée des vœux au maire se tiendra au Majestic le samedi 9 janvier 2016 à 18h.


ORDRE DU JOUR

Mesures de précaution à respecter en matière d’activités sportives en cas de prévision d’épisode de pollution atmosphérique localisé
L’indice ATMO  communiqué par le bulletin d’Air Rhône-Alpes  prévoit trois cas de figure pour la pollution aux poussières PM10, la principale pollution recensée dans la vallée.
1 - La prévision de pollution est inférieure à 50 microg/mm3 sur la station de Chamonix . L’indice ATMO est inférieur à 8. Il n’y a pas lieu de modifier les pratiques sportives habituelles.
2 – La prévision se situe entre 50 et 80 microg/mm3. L’indice ATMO est de 8 ou 9. Il est recommandé de réduire l’intensité de l’effort physique. Les établissements scolaires et clubs sportifs sont avertis.
3 – La prévision est supérieure à 80 microg/mm3, l’indice est à son maximum de 10. Il est proposé d’annuler les séances d’entrainement et les exercices sportifs impliquant des mineurs (sauf piscine).
Vous pourrez prendre connaissance du bulletin du jour sur le site internet de la commune.

Le maire  signale que certains médias font vite l’amalgame entre « Vallée de l’Arve » et « Chamonix », souvent montrée du doigt comme une ville très polluée. Il tient à  redresser la vérité :
L’hiver dernier, le seuil d’alerte (cas N° 3) n’a jamais été dépassé, ni aux Bossons, ni à Chamonix. Il a été dépassé 8 fois à Passy.
Le seuil d’information (cas N° 2) a été atteint 13 fois à Chamonix et 46 fois à Passy.

MJC – Un nouvel avenant est signé pour l’année 2016 – La subvention de la commune est fixée à 500 000 euros

Communauté de communes : un nouveau transfert de personnels de la commune vers la communauté est décidé. Le tableau des effectifs de la commune est donc allégé.
Les services communs concernés sont l’urbanisme, les ressources humaines, les finances, les affaires juridiques, l’informatique et les marchés publics. Ce sont ainsi 51 agents qui sont transférés au 1er janvier 2016.

Centre technique municipal dit de la « Vigie ».  Il va regrouper des ateliers municipaux actuellement disséminés au Fouilly, au Lyret, aux Favrands, ainsi que la fourrière du Fouilly et les garages de Chamonix Propreté au Grépon. Le Centre technique du département sera également construit sur le même tènement.
Le 15 septembre 2015 le jury a choisi l’atelier METROPOLIS Architectes Associés. L’estimation des travaux est de 3 900 000 € TTC.  Il faut rajouter à cette somme les cours et dépendances, les matériels et équipements, les études et frais annexes, pour un montant total TTC de 6 millions  d’euros, dont 4 M pour la commune de Chamonix et 2 M pour la régie Chamonix Propreté.
Les travaux devraient être réalisés  en 2016-2017

Centre de bien être
Les travaux ont débuté le 2 août 2015, au bord du lac de la Plage. L’ouverture effective est prévue début 2017. C’est la société italienne QUADRATEC s.l.r.  (Thermes de Pré Saint-Didier) qui s’est vue attribuer la conception, la construction et la gestion.

Programme de logements à Jean Franco
45 logements sociaux  sont en cours de construction, répartis dans quatre bâtiments.
Le permis de construire a été délivré à l’Office  Public de l’Habitat de la Haute Savoie. Une crèche de 858 m² sera réalisée au rez de chaussée du bâtiment D, elle  sera vendue à la commune en fin de construction Elle devrait ouvrir au plus tard le 30 septembre 2017.

Programme de logements à Argentière, sur la plateforme SNCF
Le permis de construire a dû être signé ce lundi 21 décembre.
Rappelons qu’il y aura 12 logements locatifs, 14 logements en PSLA, 6 logements en accession, une crèche de 300 m² et une Maison médicale.

Une place à  prendre au Cerro
L’actuelle gérante, en place depuis 2013, a décidé de résilier son contrat. Les conditions d’exploitation sont devenues difficiles : encombrements  sur la route d’accès au tunnel, gêne apportée par les installations des douanes, et en plus le chalet n’offre plus aucune vue sur le glacier. Les candidats ne vont pas se bousculer.


Le chalet de la Floria arrive  lui en fin de concession. Une nouvelle procédure de  délégation de service public est engagée.  L’actuel et excellent gérant, s’il veut poursuivre, devra faire acte de candidature comme les autres. 

Si vous désirez faire un commentaire. Cliquer sur "commentaires" ci dessous.

mardi 15 décembre 2015

Elections régionales, 2è tour du 13 décembre

Sans surprise, le républicain Laurent Wauquiez est arrivé largement en tête à Chamonix avec 57,15% des voix, donc un peu mieux que Françoise Grossetête pour l’U.M.P. qui avait  obtenu 54,60% au 2è tour des régionales en 2010. C’est un score largement supérieur à la moyenne départementale  de 45,50%, elle-même supérieure à la moyenne nationale de la droite unie à 40,18%. Mais Chamonix est battu par Megève qui vote Wauquiez à 68,88% !  A Chamonix, d’un dimanche à l’autre, Laurent Wauquiez gagne encore  594 voix !
Le socialiste Jean Jacques Queyranne fait un score honorable de 30,46% des voix. Grâce au report des voix de gauche et sans doute aussi grâce à l’arrivée de 661 votants supplémentaires, il améliore son résultat de 525 voix par rapport au 1er tour passant de 18,47% des voix à 30,46%. Ce dernier chiffre est à peine inférieur à celui de la moyenne départementale à 31,05, et, résultat étonnant, nettement supérieur à la moyenne nationale de l’Union de la gauche à 27,77% !
C’est le Front National qui réussit le moins bien son deuxième tour. Il ne gagne que 28 voix entre les deux tours, mais  la  bien meilleure participation fait reculer son pourcentage de 14,13% à 12,40% à Chamonix.  C’est bien peu par rapport à la moyenne départementale de 23,46%  et bien inferieur à la moyenne nationale de 29,27% ! C’est beaucoup moins que chez notre voisine Passy qui vote F.N. à 27,36%, et trois fois moins qu’à Scionzier où le frontiste Christophe Boudot obtient 36,32% des voix ! Scrutin après scrutin il se confirme que le Front National ne fait pas vraiment recette à Chamonix.

Comme toujours à Chamonix, le vote change selon le quartier ! Laurent Wauquiez domine dans le fief traditionnel de la droite Aux Praz, aux Bois, aux Tines et au Lavancher avec 64,19% des voix ! Il est à un bon niveau aussi à Argentière où il recueille 62,61% des suffrages, ou encore au centre ville, aux Plans et aux Nants (61,58%). Mais il est moins plébiscité là où les votes socialiste et F.N. sont les plus fort : aux Pélerins  il ne recueille que 43,49% des voix, mais il y  dépasse encore Queyranne qui obtient  35,80% des voix et Boudot 20,71%, le meilleur score de ce dernier dans la vallée, et de loin !  Le socialiste réussit aussi un score correct de 34,02% aux Favrands-Les Barrats-Le Betty.
C’est Argentière qui donne son plus faible score au frontiste Boudot, avec 8,26%.  Le bureau d’Argentière arrive donc logiquement en 2è position pour le vote Wauquiez avec 62,61% des voix. On relève aussi très peu de voix, 8,66%,  pour le F.N. aux Mouilles, La Frasse et la Plaine des Praz où par contre  le socialiste recueille 32,87%.

Nombreux sont les chamoniards qui n’ont voulu d’aucun des trois candidats : on a compté 79 bulletins blancs et 58 bulletins nuls, soit 137  refus de choix !

Le vote des électeurs diffère aussi notablement dans les autres communes de la communauté. A Vallorcine, où 216 électeurs se sont déplacés, Wauquiez avec 97 voix ne bat Queyranne que d’une petite voix (96)! Boudot ne récolte que 19 voix.
Aux Houches, le F.N. résiste avec 16,51% des voix, un bien meilleur score qu’à Chamonix, le meilleur de la vallée. Wauquiez y rassemble 47,51% des voix, un peu au-dessus de la moyenne départementale. Queyranne fait ici aussi bien qu’aux Pélerins avec 35,87% des voix.
Servoz se singularise toujours par sa petite majorité de gauche, traditionnelle dans ce village : sur 456 votants, Queyranne l’emporte avec 201 voix, contre 192 à Wauquiez et seulement 52 voix pour Boudot.


Le maire Eric Fournier, en quatrième position sur la liste départementale,  entame donc un 4è  mandat régional, cette fois-ci dans la majorité.. Aura-t-il autant de responsabilités dans l’exécutif  qu’au temps de l’U.D.F. Anne Marie Comparini,  en 1999, où il était vice-président aux transports ? Le proche avenir nous le dira.

Si vous désirez faire un commentaire. Cliquer sur "commentaires" ci dessous.

mardi 8 décembre 2015

Régionales: Effondrement du vote écologique à Chamonix

Pour apprécier la tendance évolutive de l’électorat de Chamonix, on pourrait comparer les résultats du vote du 6 décembre à ceux des élections départementales de mars 2015, ou à ceux des européennes de 2014. J’ai choisi de les comparer  à ceux des régionales de 2010, aux enjeux équivalents.

Le fait le plus marquant de ce premier tour du 6 décembre est l’effondrement du vote écologique, habituellement élevé à Chamonix, qui passe de 22,64% aux régionales de mars 2010 à 9,68% le 6 décembre pour Jean Charles Kohlhaas. Il y a bien sûr la forte baisse cet électorat au plan national, dû sans doute à la dérive gauchère du parti, au choix calamiteux d’Eva Joly au détriment de Nicolas Hulot aux primaires de la présidentielle en 2012 et au retrait des écologistes du gouvernement. Toutefois, ce score chamoniard est un peu meilleur que celui de la moyenne régionale à 7,62%. A noter qu'aux élections départementales de mars 2015, le binôme E.E.L.V. avait encore obtenu à Chamonix 17,98% des suffrages, devant le Front national et les socialistes.

Laurent Wauquiez pour Les Républicains fait  un excellent score à Chamonix avec 48,58% des voix, en petite augmentation par rapport aux 44,54% de la candidate U.M.P. Françoise Grossetête en mars 2010. Mais à l’époque le Modem partait en ordre séparé alors que cette année U.D.I. et Modem étaient alliés aux Républicains. On pourrait ainsi facilement expliquer par cette fusion  la progression du score de la droite d’une élection à l’autre, à moins qu'elle ne soit due à la présence du maire de Chamonix Eric Fournier en quatrième position sur la liste départementale. A noter que Megève fait beaucoup mieux que Chamonix avec 57,8% pour Wauquiez.

Le socialiste Jean-Jacques Queyranne améliore de 3 points son score de 2010, passant de 15,49% à 18,47%. Il récupère sans doute une partie de l’électorat écologiste.  Il se place en deuxième position et devance très nettement le Front national, qui pourtant le bat sur les moyennes départementale et régionale.

Le Front national fait un bond en avant, passant de 7,64% en 2010 à 14,13% le 6 décembre, mais ce score de Christophe Boudot à Chamonix n’est pas comparable à celui de 25%  qu’il réalise  en région Rhône Alpes Auvergne, et 26% en Haute Savoie.  A Chamonix, le vote Front National est très loin d’être massif comme ailleurs en France.

Les « petits candidats » font un score anecdotique. Le meilleur est Eric Lafond pour « 100% citoyen » avec 2,49% des voix. Pourtant son programme politique n’est pas très clair, sinon qu’il soutient les P.M.E.
Il devance de peu la communiste/Front de Gauche Cécile Cukierman qui obtient 2,46% des voix.

A Chamonix, le vote diffère beaucoup selon le quartier où l’on habite !
Laurent Wauquiez obtient un score fleuve de 62,81% aux Praz, aux Bois et au Lavancher, mais seulement 36,43% aux Pélerins !
A contrario, le frontiste Christophe Boudot récolte 21,71% des voix aux Pélerins, mais seulement 9,78% à Argentière.
Les quartiers éloignés de la pollution Les Praz, Les Bois, Le lavancher ne votent qu’à 5,26% pour le candidat écologiste Jean Charles Kohlhaas, mais aux Bossons, au bord de la Route blanche, on vote vert à 12,79%...
Le socialiste Queyranne culmine avec plus de 21% aux Pélerins, aux Favrands, aux Barrats, au Betty et aux Mouilles, ainsi qu’à la Frasse et dans la  Plaine des Praz, mais il n’obtient que 14, 74% aux Praz, aux Bois et au  Lavancher, fief de la droite.

Dans les autres communes de la Communauté
Les trois  petites communes de la vallée de Chamonix ont eu un meilleur vote écologique que leur grande sœur: Jean-Charles Kohlhaas a obtenu presque 14% des voix aux Houches et à Vallorcine, et presque 16% à Servoz.
Servoz vote traditionnellement plus à gauche : Jean Jacques Queyranne y devance Laurent Wauquiez de trois petites voix avec 31,46% et se hisse en tête du scrutin !
C’est aux Houches que le frontiste Boudot fait son meilleur score avec 19,62% des voix, et à Vallorcine qu’il est plus faible avec 8,57%.
Le score de Queyranne à Vallorcine n’est pas mauvais non plus avec 27,42%, mais  il y est largement devancé par Wauquiez qui totalise 40,57%.  Ce dernier se place mieux à Vallorcine  qu’aux Houches et à Servoz  (respectivement 38,27 et 30,61%).


A Chamonix, le camp des gagnants est celui des abstentionnistes :  60,49% des inscrits !  Mais en 2010 ils étaient encore plus forts : 64,41%...  La mobilisation citoyenne est en hausse !

Si vous désirez faire un commentaire. Cliquer sur "commentaires" ci dessous.

samedi 28 novembre 2015

Conseil municipal du 26 novembre 2015

Il s'est tenu à l’Hôtel de ville.

Les quatre élus de l’opposition sont présents.

Une minute de silence est requise à la mémoire des victimes des attentats de Paris.

Communications du maire et des adjoints
-          Aiguille du Midi : le secteur se construit !
Après la Maison de la Musique, l’Hôtel Héliopic et un premier immeuble d’habitation au bord de la route blanche, le nouvel EHPAD, successeur de la MAPA, ouvrira ses portes à la mi-janvier.
Comparativement au site de l’ancien hôpital, les pensionnaires auront moins de soleil, ils auront le voisinage peu sympathique de la route blanche, mais ils disposeront d’une structure moderne et fonctionnelle et le nombre de places passera de 35 à 61 !
La première adjointe ne dit pas que le prix de journée sera le même, mais elle certifie qu’il sera comparable…
Entre l’EHPAD et l’Ecole de Musique s’élèvent actuellement 36 logements sociaux, et les deux bâtiments d’une résidence de tourisme MGM. 9 autres logements sociaux seront construits à l’étage de la crèche voisine,  à construire en 2016.

-          Chamonix reconnu comme territoire à énergie positive (TPOS)
Cela vaudra à notre commune une subvention de 500 000 €  qui  iront à la rénovation énergétique des bâtiments communaux  et  à l’acquisition de véhicules électriques ou hybrides pour la flotte communale.
Dans un deuxième temps, ce sont 2 millions d’euros de subvention qui sont attendus.

-          Parkings : renseignez-vous !
Les détenteurs de la carte Viacham (Gens du Pays) auront droit à 11h de parking gratuit d’affilée dans les petits parkings de surface proches du centre ville (Foyer de fond, Corzolet, Bowling, Allobroges, etc…). On veut y éviter les voitures ventouse qui y passent la semaine entière, donc ils sont devenus payants (exemple : les stagiaires de l’ENSA !).

-          En suite à la protestation émise  au dernier conseil par Françoise Devouassoux, Jean-Michel Couvert, président de la commission d’urbanisme, s’engage désormais à convier les membres de l’opposition à toutes les réunions traitant de la révision du P.L.U.  Enfin une petite victoire sur le plan de la démocratie interne, attendue pendant toute la durée du mandat par l’équipe précédente…


Hôtel du Montenvers mis en gérance


Sont compris dans le bail emphytéotique administratif (B.E.A.) signé par la commune le Grand Hôtel du Montenvers, l’ancien hôtel du Montenvers, le Bar Restaurant Panoramique, les anciennes Ecuries (actuel glaciorium) et le Buffet de la gare.
Sur trois candidats, seule la Compagnie du Mont-Blanc a été retenue. Elle s’associe à un partenaire qui est la famille Sibuet de Megève, propriétaire, entres autres hôtels, des Fermes de Marie.  Une société dédiée est créée, « Hotel-Restaurants du Montenvers », où le groupe hôtelier Sibuet détient 70% des parts et la Compagnie du Mont-Blanc 30%. Un programme d’investissements de 4 millions d’euros est inscrit.
L’élu d’opposition, l’architecte Christophe Delaage,  se préoccupe à juste titre des engagements de  préservation de la remarquable qualité architecturale du bâtiment, aussi bien extérieure qu’intérieure. Toutes les assurances lui sont fournies.
L’hôtelier ne souhaite pas abandonner la vocation « Montagne » de l’établissement, ainsi de petits dortoirs d’alpinistes seront maintenus.
Le bail emphytéotique est consenti pour une durée de 40 ans.
L’emphytéote versera au bailleur (la commune de Chamonix) une redevance de 4% du chiffre d’affaire (environ 100 000 euros par an).  Mais pour les deux premières années la redevance sera limitée à 50 K€.
Les conseillers votent le bail à l’unanimité.

53 105 euros de frais de secours sur piste ne sont pas rentrés ! Ce sont des « créances irrécouvrables ». Elles ne représentent que 10% des sommes totales dues à la commune. Pour la plupart le fait  des skieurs étrangers.

Tarifs des frais de secours 2015/2016
Si vous vous blessez au ski, il voue en coûtera 61€ sur le  front de neige, 275€ sur les pistes de fond de vallée et sur les pistes de fond, 434€ si les pisteurs viennent vous secourir, 682€ en hors piste, 740€ si un hélicoptère privé est appelé, et jusqu’à 16 000 euros en cas de médicalisation  hors piste !

Le téléski des Chosalets toujours déficitaire
Son déficit d’exploitation est d’environ 60 000 euros.
Aussi est-il décidé de diminuer la redevance à l’exploitant (Société de la Vormaine), d’augmenter la participation de la Compagnie du Mont-Blanc, et d’augmenter les tarifs qui passent à 15€ la journée (12€ pour les enfants). Ainsi on escompte que le déficit sera ramené à 20 000 euros.

Mission Météorisk
Cet organisme assure la gestion des risques avalanches sur la route du Col des Montets (surveillance, décision de fermeture ou d’ouverture). Le Conseil départemental apporte 50% des 49 880€ de ce marché.


Si vous désirez faire un commentaire. Cliquer sur "commentaires" ci dessous.

mardi 17 novembre 2015

Nous sommes Paris

Depuis le 11 janvier 2015, j’avais  placé en tête de ce blog le slogan « Chamonix est Charlie » en respect pour les victimes de l’attentat contre Charlie Hebdo.
Aujourd’hui,  j’ai remplacé ce slogan par ce dessin de l’illustrateur Jean Jullien qui a modifié le symbole connu  « Peace & Love » en y insérant une tour Eiffel, à la mémoire des 130 victimes des attentats du 13 novembre. Très vite, ce dessin s’est imposé sur la sphère internet et dans le monde des médias comme le symbole de la résistance au terrorisme  et comme un message de paix face à la barbarie. Pour les croyants, cet emblème se traduit par « Pray for Paris ».
Lundi 16 novembre à midi, Place du Triangle de l’Amitié, une bonne centaine de citoyens chamoniards s’est spontanément réunie pour une très longue minute de silence empreinte de beaucoup d’émotion. Aucune communication n’avait été faite par la mairie sur ce petit évènement, car le maire avait reçu du préfet un rappel comme quoi toute manifestation était interdite.
C’est donc de leur propre chef que ces citoyens sont venus devant la mairie.

Etaient présents entre autres le maire Eric Fournier, l’ancien maire Michel Charlet, des élus, et beaucoup de simples chamoniards.
Chamonix la privilégiée, Chamonix ville de loisirs et de plaisirs, n'en reste pas moins sensible aux événements du monde et ses citoyens savent se montrer solidaires lorsque des drames  secouent la nation, comme ils l'ont montré le 11 janvier et le 16 novembre 2015.

Si vous désirez faire un commentaire. Cliquer sur "commentaires" ci dessous.

mercredi 11 novembre 2015

Conseil municipal du 6 novembre 2015

La séance s’est tenue au Majestic avec une bonne représentation des élus, notamment les quatre membres de l’opposition, trois femmes Françoise Devouassoux, Isabelle Matillat, Flore Marchisio, et un seul homme Christophe Delaage.

Communications du maire
-          Le Conseil National de la Montagne s’est réuni au Montenvers le 25 septembre, en présence du premier ministre Emmanuel Valls et de plusieurs ministres dont  Ségolène Royal ministre de l’écologie.
La Loi Montagne 2 est en cours d’élaboration et devrait être finalisée à l’horizon 2016-2017.
-          Ségolène Royal n’a pas semblé être bien au courant des problèmes de pollution de la vallée de l’Arve. Il n’y a pas de réponse au courrier que lui a adressé Eric Fournier, président de la Communauté de communes, concernant les actions à mener pour une meilleure qualité de l’air.
-          La nouvelle pharmacie d’Argentière en face de l’ancienne mairie est ouverte à la satisfaction de tous.
-          Le Centre de Secours aux Favrands ouvrira ses portes en 2016.
-          Le Conseil départemental apporte son soutien à l’organisation du Kandahar en février 2016.
-          La ligne à haute tension Les Houches – Parking du Grépon sera (enfin !) enfouie en 2016. La communauté de communes participera pour 15% au budget qui s’élève à 10 millions d’euros.
-          Les travaux de signalisation sur la voie ferrée ne devraient être terminés que fin 2016, soit avec deux ans de retard. Le cadencement à la demi-heure devra attendre cette échéance.
-          Le refus de classement de la commune de Chamonix en catégorie B1  - situation de logements « tendue » - et le nouveau PPR-Avalanches entrainent un surcoût de 1 million d’euros pour le programme de logements ICF de la Draisine (ex cités SNCF). Le promoteur se retourne contre la mairie pour boucler  le financement. A défaut de participation de la commune pour  cette rallonge, il envisage de vendre une partie du tènement.

« Territoire  à énergie positive et à qualité de l’air préservée »
Vote à l’unanimité d’une motion pour que la vallée soit reconnue à ce titre, demande de restriction de circulation des poids lourds en cas de pic de pollution, demande que les élus de la vallée soient associés au comité préfectoral qui analyse les prévisions de pollution.

Révision du P.L.U.
Le cabinet privé d’études Claude Foret d’Anthy sur Léman rend son rapport  sur l’état des lieux de l’urbanisation à Chamonix, et présente ses objectifs sur les trois thèmes social, économique et environnemental.
Du très long exposé nous ne  retiendrons que quelques éléments clés :
-          Chamonix compte 9 300 habitants.
-          La Communauté de communes  en compte 15 000.
-          La commune dénombre 66% de résidents secondaires, et ce taux est en progression constante.
-          Il y a 23% de logements sociaux. A terme, quand les programmes des Tissières et de la plateforme d’Argentière seront achevés, ce chiffre atteindra 28%.
-          85% des actifs résident et travaillent à Chamonix.
-          On compte 2 400 saisonniers dans notre commune.
-          Nous totalisions 66 500 lits en 2014, dont 31% d’hôtels. Les 2 étoiles se raréfient, les hôtels haut de gamme sont en progression.
-          La fréquentation de la station est en baisse de – 5,2% depuis 2010.
Dans son diagnostic, le cabinet Floret ne manque pas de faire remarquer que nous ne disposons d’aucun outil de protection patrimoniale et suggère de mettre en place une ZPPAUP, appelée aujourd’hui AMVAP , (procédure recommandée par le préfet de région en 2004 et que les deux dernières municipalités n’ont pas mise  en œuvre).
Françoise Devouassoux, au nom de la liste d’opposition, se plaint au maire que les élus de son groupe  ne sont jamais conviés aux réunions de commissions traitant du P.L.U.  Dans sa réponse, Eric Fournier noie le poisson… Entre 2008 et 2014 la liste que je dirigeais avait connu la même exclusion, sans que le maire accepte de revenir sur cette décision « politique ».

Le Casino de Chamonix  en perte de vitesse
Le conseil écoute le rapport du délégataire   pour l’exercice 2013 – 2014.
Le casino, qui emploie 42 personnes,  subit la concurrence du casino de Saint-Vincent, de celui de Saint-Gervais, celle des jeux sur internet.
Sa fréquentation chute année après année. Entre 2010 et 2014 le chiffre d’affaire est tombé de 5 433 000 à 3 163 000 euros. Sa baisse entre 2013 et 2014 est de 14%.
Le phénomène est général en France, en baisse de 4% en 2014. Mais il est plus accentué à Chamonix.
Le directeur de Chamonix ne cache pas que le Groupe Barrière cherche à vendre notre casino. Des investissements ont néanmoins été effectués. C’est peut-être pour cela qu’en 2015 on constate un sursaut à + 7%.
Le conseil municipal est contraint de signer un avenant qui réduit le  prélèvement de la commune de 10 à 8% du chiffre d’affaire (ce prélèvement était de 15% avant 2010).

Le Montenvers aussi est en perte de vitesse
Le conseil valide le transfert  du département à la commune des activités commerciales du Montenvers  situées dans l’enceinte de la gare et les parcelles attachées.
Seul le chemin de fer restera sous l’autorité délégante du Conseil départemental jusqu’en 2023.
Un avenant transfère à la commune les immeubles et parcelles qui feront l’objet d’investissements de requalification du site. Cette requalification est rendue nécessaire par la forte baisse de fréquentation du Montenvers qui, en 20 ans, a perdu 35% de sa clientèle. Cela est dû en grande partie à la perte d’attractivité liée à la fonte du glacier.
Le remplacement de la télécabine de la Mer de Glace, pour pouvoir creuser une grotte très en amont,  est évoqué par le maire  pour son coût de 8 500 000 euros mais pas pour son  tracé très contestable jusqu’au virage de la Mer de Glace, au pied de l’arête de Trélaporte, avec un grand pylône au pied des Grands Charmoz (ce dossier sera examiné par la Commission départementale des sites le 3 décembre 2015).

Abrogation  du classement en « H » au PLU
Ce symbole « H » attribué en 2005 à une trentaine d’hôtels de plus de 20 chambres  les contraignait à maintenir leur activité hôtelière et les empêchait de changer de destination. Quelques hôteliers de la ville ont déposé un recours en dénonçant une atteinte à la libre disposition de leur bien. Le tribunal leur a donné raison et enjoint la commune à abroger le classement en « H ».

L’ambiance au conseil municipal est plutôt bon enfant, les interventions des quatre membres de l’opposition sont précises mais sans aucune véhémence, la grande majorité des élus de la majorité reste silencieuse…  Toutes les délibérations sont votées à l’unanimité, sauf la baisse du prélèvement communal sur le chiffre d’affaire du casino pour laquelle Bernard Ollier, de la majorité,  vote contre,


 Si vous désirez faire un commentaire. Cliquer sur "commentaires" ci dessous.

vendredi 9 octobre 2015

Signez l'appel aux chefs d'états!

La planète est en danger.
Les jeunes s'engagent derrière Nicolas Hulot.
Ne manquez pas leur vidéo!
Votre signature est indispensable.

Pour voir la vidéo et signer l'appel:
https://goo.gl/0DhqNH

Chamoniards écosensibles, merci pour la planète!

Si vous désirez faire un commentaire. Cliquer sur "commentaires" ci dessous.

lundi 5 octobre 2015

Le Col du Mont-Lachat rendu à son état naturel


                                                                          Mai 2015


                                                             Octobre 2015

Samedi 3 octobre quelques personnalités sont montées en train au Col du Mont-Lachat, à 2017 m d’altitude,  pour constater la fin des travaux de démolition de l’ancienne base militaire. Le chantier a été mené tambour battant  par les entreprises qui, en un été,  ont détruit les bâtiments, évacué les matériaux, broyé les éléments non toxiques, nivelé le sol, semé 30 espèces différentes de graines locales. Il faudra tout de même quelques années pour que la nature reprenne pleinement ses droits sur ce site reconstitué. 
L’opération a coûté 1 million d’euros, dont plus de la moitié apportée par le Conseil départemental, et 120 000 euros financés par l’association WWF.

Etaient présents à cette petite réception le maitre d’œuvre Jean-Marc Peillex, maire de Saint Gervais, qui profite de l’opération pour faire une belle campagne de communication, le Sous-préfet Francis Bianchi, des élus de Saint Gervais et des Houches, Michel Charlet ancien maire de Chamonix et ancien conseiller général, les représentants des entreprises de démolition et de restauration des sols, ceux de la Compagnie du Mont-Blanc qui a assuré les transports grâce au T.M.B.,  les délégués des associations environnementales partenaires du projet, Mountain Wilderness et ProMont-Blanc représenté par votre serviteur.

Dans ma courte allocution, j'évoquai le souvenir de mes visites, en tant que médecin, en 1968, grâce à la benne de service, pour les maladies intercurrentes des trois  enfants en bas âge du jeune lieutenant et de sa femme qui vivaient à l'année dans le petit logement de la base.

Dans son intervention, le sous-préfet a confirmé la décision de l’Etat de ne plus exiger la démolition de l’ancien refuge du Goûter, ceci en échange de la réhabilitation du Mont-Lachat. Il annonce toutefois qu’une concertation sur le sujet avec tous les partenaires sera organisée en 2016.

C’est une satisfaction pour nous, militants de la protection du massif du Mont-Blanc, de voir cette verrue du Mont Lachat sur le chemin du Mont-Blanc enfin disparaitre et d’apprécier que le site avait retrouvé son statut de « wilderness ».

Toute la cérémonie a été filmée par un cinéaste local bien connu, aidé d’un drone. A voir sur You-tube.


                                                                       Lancer de graines

Si vous désirez faire un commentaire, cliquer  sur "commentaires" ci dessous.

mercredi 2 septembre 2015

Notre montagne est fragile. Cessons de la martyriser !


                                               Photo prise le 11 août 2015

Le service des pistes de la Compagnie du Mont-Blanc a décidé d’élargir le passage du Col des Rachasses aux Grands Montets, pour faciliter le transit des skieurs de la piste du Point de vue vers la Face.
Pour ce chantier, il a fallu faire monter deux pelles mécaniques.
Le seul moyen de les faire accéder au site a été de creuser dans le Glacier des Rognons une piste en zigzag.
Ces gros travaux, en site classé, ont été entrepris avec l’accord de la commune, qui a présenté le projet, avec la Compagnie du Mont-Blanc, à la commission départementale des sites en 2013, laquelle  a donné son autorisation (vote contre d’un siégeant, membre  de l’association Mountain Wilderness), notamment pour « la création de la "route" dans du matériau neigeux / glaciaire ». Le ministère de l’environnement a donné son aval. Les travaux sont suivis par la DREAL qui les estime conformes à l’autorisation.
Le chantier se déroule donc en toute légalité.

L’impact paysager est sévère.
Le glacier des Rognons, comme tous ceux du massif du Mont-Blanc, a été déjà bien mis à mal par un hiver peu enneigé et un été torride. Il n’avait pas besoin, qu’en plus,  on l’ampute d’un volume important de glace.
Depuis 50 ans, les skieurs empruntent sans encombre le Col des Rachasses. Leur niveau, grâce au nouveau matériel, ne cesse de s’améliorer. Cet élargissement était-il vraiment indispensable ?
N’aurait-on pas pu déposer par hélicoptère une plus petite pelleteuse, qui aurait mis un peu plus de temps à faire son travail ?

La commission des sites a sans doute sous estimé l’impact visuel de la piste  et l’importance de la taille glaciaire.

Si vous désirez faire un commentaire. Cliquer sur "commentaires" ci dessous.

lundi 24 août 2015

A Argentière, une construction contestée derrière l’église : la loi le permet !




Dans une ruelle historique du vieux village, bordée de maisons anciennes, juste derrière l’église et contre le mur du cimetière, sur une parcelle restreinte, s’élève une imposante construction de béton, future maison d’habitation. Elle domine les tombes, notamment le monument funéraire  des guides au pied de la Verte, elle cache la vue du clocher, elle  dénature  l’aspect pittoresque  et authentique  de ce cœur du vieil Argentière. Les argentereaux sont outrés.
On sait que c’est un  habitant du village qui  a obtenu ce permis de construire.

Si l’église avait été classée, elle le méritait, comme sa sœur de Chamonix, cette catastrophe esthétique ne serait pas advenue. Dans son périmètre aucune construction nouvelle n'aurait pu être autorisée sans l’avis de l’architecte des bâtiments de France, avec des règles strictes. Mais elle n’est malheureusement pas classée, aucune démarche n’a été entreprise dans ce sens.

Si la procédure d’AVAP, Aire de mise en valeur  de l’Architecture et du Patrimoine, (ex ZPPAUP) avait été conduite à son terme par les deux dernières municipalités pour nos centre urbains, ce malheur ne serait pas arrivé. Mais les deux derniers maires  ne se sont pas préoccupés de faire aboutir cette mesure de protection de notre patrimoine pourtant expressément demandée en 2004 par le préfet de région. Si le centre du vieil Argentière avait été protégé par une AVAP,  la décision  de délivrer un permis de construire aurait été  assortie de "prescriptions particulières destinées à rendre le projet conforme aux prescriptions de l’aire". L’autorisation aurait été  soumise à la décision de l’Architecte  des Bâtiments de France.

Toutes les maisons de la ruelle sont inscrites au PLU sur la liste des contraintes et servitudes architecturales comme "immeubles à restaurer ou conserver dans leur enveloppe actuelle", donc reconnues comme ayant une réelle valeur patrimoniale.

Le règlement du PLU pour cette zone UV  de centre de  village  autorise de construire d’une limite séparative à l’autre.  Il n’y a plus de limitation de surface pour construire et le C.O.S. de cette zone, qui était de 0,60,  n’est plus  imposé, d’où l’importance du bâtiment.
Les services de l’urbanisme n’ont fait qu’appliquer la loi, et le maire Eric Fournier vient seulement de s’engager à refuser dorénavant ces demandes de permis de construire excessives.




 N.B.
Une aire de mise en valeur de l'architecture et du patrimoine (AVAP ou AMVAP) est, en droit de l'urbanisme français, une servitude d'utilité publique ayant pour objet de « promouvoir la mise en valeur du patrimoine bâti et des espaces »1. Les AVAP ont été instituées par la loi Grenelle II du 12 juillet 2010 en remplacement des zones de protection du patrimoine architectural, urbain et paysager (ZPPAUP).



                                                                  L'église vers 1900

Si vous désirez faire un commentaire. Cliquer sur "commentaires" ci dessous.


mardi 11 août 2015

Chamonix, place de choix pour les hyperchalets ?



Des chalets de 600 voire 750 m² au sol, c’est ce qu’autorise désormais la loi ALUR. (pour l’Accès au Logement et un Urbanisme Rénové) promulguée le 24 mars 2014.
Les promoteurs de la vallée, bien au courant de cette nouvelle loi,  se sont empressés de déposer des demandes de permis de construire pour profiter de cette aubaine. Plus de C.O.S. (coefficient d’occupation du sol), plus de surface minimale imposée pour avoir le droit de construire (1 000 m² en zone UE, 800 m² en zone UD) ! Tous les espaces vides, petits ou grands,  deviennent constructibles sur la plus grande partie de leur surface!
Et l’on a déjà constaté que ces chalets XXL, avec piscine, spa, etc…,  ne sont occupés que deux à trois semaines par an.
Ils appartiennent à des  personnes très riches  venues de Russie, d’Ukraine, d’Europe ou d’Amérique.
Le Mont-Blanc attire toujours, de plus en plus même. Ces nouveaux propriétaires sont prêts à dépenser des fortunes pour posséder une résidence dans notre vallée magique, dans des conditions de très grand luxe. Quitte à la louer à prix d’or  s’ils ne l’occupent pas eux-mêmes. Les boutiques de luxe de Chamonix se frottent les mains!

Entre le 1er janvier et le 15 juillet 2015, 100 dossiers de demandes ont été déposés en mairie, contre 54 sur la même période de 2014. L’inflation est spectaculaire.

La loi ALUR se voulait vertueuse et il est vrai qu’en milieu urbain elle favorise la construction de nouveaux logements. Mais en milieu montagnard, dans nos stations, elle a un effet délétère car elle entraîne une surconsommation de l'espace, elle aggrave le mitage, et défigure le paysage de la vallée constitué jusqu’à ce jour de zones vertes séparant les constructions. De plus, elle favorise le surenchérissement du foncier, avec comme résultat une impossibilité pour les gens du pays d’acquérir des parcelles pour construire.

Heureusement, le maire réagit enfin, après plus d’un an, alors que beaucoup de mal est déjà fait.
Il est décidé désormais à refuser ces demandes de permis pour des constructions gigantesques, quitte à devoir être confronté à des recours devant les tribunaux. Il se réfère à la loi du Grenelle de l’environnement qui préconise une consommation maitrisée du foncier. Cette procédure d’urgence qu’il engage vient court-circuiter la procédure assez longue de révision en cours du P.L.U.
Eric Fournier s’appuie sur les autres maires de la communauté de communes, sur  ses collègues maires d’autres stations qui subissent la même pression foncière et sur les parlementaires dont il espère bien l’aide.


Souhaitons que ce nouveau P.L.U. rétablisse le C.O.S. et la surface minimale de construction. La révision de la Loi Montagne programmée pour cet automne apportera, nous l’espérons, de nouveaux arguments juridiques pour la défense de notre paysage.



Si vous désirez faire un commentaire. Cliquer sur "commentaires" ci dessous.

lundi 20 juillet 2015

Le couloir de la mort: la vidéo

Vidéo ici:
https://youtu.be/JUPjRGbeAYU

Le maire de Saint Gervais a pris, très raisonnablement,  un arrêté de fermeture du refuge du Goûter compte tenu du danger extrême de chutes de pierres dans le couloir qui en permet l’accès. Cela équivaut  à une fermeture de la voie normale du Mont-Blanc.
Avec la forte chaleur de ce mois de juillet, il n’y a plus, au sommet de l’aiguille du Goûter,  ni neige ni permafrost pour retenir les pierres. Les éboulements sont quotidiens, menaçant directement la traversée du couloir, passage obligé pour atteindre le refuge. Il y a déjà eu plusieurs morts cet été.
Quant à l’itinéraire du Mont-Blanc par les trois monts, il est de moins en moins emprunté à cause du risque de chutes de séracs dans la face nord du Mont-Blanc du Tacul. Les guides hésitent de plus en plus à se lancer dans cette voie. Mais il y a fort à parier que nombreux seront les alpinistes  qui tenteront néanmoins l’ascension du sommet par cette route,  en dormant au refuge des Cosmiques, puisque la voie du Goûter est fermée.
La décision difficile sera, pour le maire Jean-Marc Peillex, de lever cet arrêté de fermeture du refuge du Goûter. Il ne pourra le faire que lorsqu’il n’y aura plus aucun risque de chutes de pierres dans le couloir, c'est-à-dire quand il y aura de la neige et du gel sur l’aiguille. Sinon sa responsabilité pourrait être engagée. Dans le meilleur des cas fin septembre ?
C’est pour les gestionnaires du refuge, comme pour ceux du refuge de Tête Rousse,  une perte financière nette qui  sera difficile à rattraper.

Nous abordons sans doute une période où le Mont-Blanc ne pourra plus  se gravir sans risques  au-delà de la mi-juin.

La vidéo ci-dessus date de 2011. Mais elle est vraiment d'actualité cet été.

Si vous désirez faire un commentaire. Cliquer sur "commentaires" ci dessous.

samedi 4 juillet 2015

Une station de lavage de voitures aux Praz ? Le maire avoue son impuissance.


Une installation industrielle de ce type n’est pas vraiment la bienvenue à l’entrée  d’un village jusqu’à ce jour exclusivement résidentiel, plutôt calme en dehors d’une circulation automobile intense.
Les élus, les habitants du village, notamment les occupants d’une résidence voisine, ne voient pas le projet d’un très bon  œil.
 L’Agence régionale de santé émet un avis défavorable. La mairie refuse le permis de construire. Mais la forme n’est pas respectée, les délais de réponse sont dépassés. Les recours  en justice sont perdus l’un après l’autre par la mairie. Même l’intervention  du préfet est vaine. Les dernières négociations amiables n’ont pas abouti.
Une négligence, un manque de vigilance des services municipaux, vont coûter cher aux Praillis.  Plus rien ne s’oppose  à la construction de la station. Mais le fait que le projet émane d’un enfant du village tempère la virulence des réactions.
On devra donc subir  aux Praz les nuisances d’une station de lavage, le bruit des machines, les voitures qui attendent,  les moteurs qui tournent  et un peu plus de pollution encore que la circulation quotidienne  n’en apporte déjà.
La justice française  est à ce point complexe et débordée qu’elle  saute sur l’occasion d’un vice de procédure pour  classer un dossier qu’ainsi  elle n’a plus à juger sur le fond.
La défense de l’environnement est sacrifiée pour une simple erreur d’instruction.


Je joins à mon article deux lettres fort explicites :

1 -  la lettre d’un habitant du voisinage.


LA STATION-LAVAGE QUI FAIT TACHE

Un particulier veut installer une station de lavage de voitures aux Praz de Chamonix, un site paysager d'une beauté exceptionnelle et justement voué à la seule fonction résidentielle. Il dépose un permis de construire. L'article R. 112-21 du code de l'urbanisme et l'article UD 11 du règlement du plan local d'urbanisme justifieraient un refus de ce permis de construire. Mais par une négligence des services municipaux concernés, ce refus n'arrive pas dans les délais requis et le particulier obtient son permis par défaut. Un recours pour annulation au tribunal administratif de Grenoble n'aboutit pas : pour les tribunaux administratifs débordés de dossiers, un vice de procédure est une aubaine, car il évite de juger sur le fond et permet de gagner du temps. Satisfaction est automatiquement donnée à la partie victime dudit vice. Une atteinte à la procédure est rédhibitoire, sans commune mesure avec une atteinte au milieu de vie. Le préfet de Haute-Savoie conteste cette décision par déféré auprès de la cour administrative d'appel de Lyon, qui le déboute de sa requête, jugeant que les articles cités du code de l'urbanisme et du plan local d'urbanisme « ne sont pas de nature à créer une doute sérieux quant à la légalité du permis de construire tacite obtenu le 6 mars 2011 par M. M. ». Là encore, l'argument est un prétexte. Il ne tient aucun compte de l'avis défavorable de l'ARS (Agence Régionale de Santé), très critique sur ce projet de station-lavage. Certaines décisions de justice ne se prennent pas dans la vie réelle, mais dans l'univers obscur et tortueux des règlements. La chicane l'emporte sur la justice. L'urgence de liquider des dossiers rend dérisoire toute considération écologique. L'ennui est que cette station- lavage controversée aura, elle, des effets bien réels sur le paysage et le cadre de vie de ses riverains. Une verrue va défigurer le hameau des Praz, dont les habitants devront vivre avec de nouvelles pollutions sonores et chimiques.
Une négligence administrative est irrattrapable, alors qu'une nuisance écologique est jugée vénielle par la justice française. Il suffit d'un particulier indifférent à l'intérêt général et d'une administration peu réactive pour qu'un sanctuaire paysager soit traité comme une zone industrielle. La procédure juridique a tué le bon sens. Elle participe sans état d'âme à la destruction de la beauté du monde. Les instances d'appel, loin de corriger les erreurs du parcours administratif, les entérinent au non de la légalité. Au moment du plus grand danger, le citoyen de bonne foi se sent bien mal défendu. Il découvre que la lettre du règlement prévaut sur l'esprit, que son application tatillonne est érigée en principe de justice, que raison est donnée à l'astuce, non au bon droit. Incorrigiblement naïf, on espère qu'il ne s'agit là que de la dérive d'un système engorgé, non pas d'un vice qui lui soit inhérent. En attendant, le mal est fait.

                                                                                        Jean-Claude Forêt


2 – la réponse du maire, qui avoue son impuissance 
Lettre du maire adressée au syndic de la copropriété voisine

Monsieur,
Je viens faire suite à votre courrier du 26 mai dans lequel vous m’interrogez sur le projet de station de lavage sur le terrain de M.MANDRILLON aux Praz.
Je vous précise que suite à l’aboutissement des recours devant les tribunaux, plusieurs contacts ont eu lieu avec M.MANDRILLON et Jean-Michel COUVERT, élu à l’urbanisme, pour étudier une alternative au projet.
Toutefois,  et malgré ces démarches, je suis au regret de vous confirmer qu’aucune autre solution n’a pu être apportée au projet, ce que je déplore vivement. La commune a épuisé les moyens juridique et amiable dont elle dispose.
Je vous laisse le soin d’en informer la copropriété de ces éléments.
Veuillez agréer, Monsieur, l’expression de mes respectueuses salutations

                                                                                  Signé Eric Fournier

                                                                                  Maire de Chamonix

A ce jour, aucun panneau d'affichage du permis de construire n'est apposé à l'entrée de la parcelle, mais il y a été placé au début de la procédure.



Si vous désirez faire un commentaire. Cliquer sur "commentaires" ci dessous.