mercredi 8 février 2012

Diaporama: -20° à Chamonix, comment le vivent les saisonniers ?

Camping des Moliasses : un vrai village de 56 personnes !
« C’est assez dur » disent les occupants,  « on a froid la nuit ».
Tous sont  munis d’un contrat de travail et se répartissent dans 34 camions ou mobil-homes. L’alimentation électrique ne supporte pas  la grosse demande  de consommation des radiateurs et le disjoncteur  lâche régulièrement. Ce 6 février, il n’y a plus de courant. Habitués à ces désagréments, les habitants ont dû acquérir des chauffages au gaz ou aussi des poêles à bois ! Le danger d’intoxication au monoxyde de carbone est quotidien !
Le froid a gelé la conduite d’eau des sanitaires hommes, qui sont condamnés. Seul le sanitaire algeco des femmes est encore en fonction (2 WC, 2 douches et 4 points d’eau. Idem chez les hommes).
J’ai prévenu la conseillère municipale chargée du social, et le lendemain 7 février l’électricité était revenue et les sanitaires hommes réparés !
L’ambiance est bonne dans le campement, « on peut faire la fête sans problèmes » me précise-t-on. Mais à lire la note de protestation affichée sur la porte des sanitaires par l’un des utilisateurs, tous ne respectent pas les règles élémentaires de propreté !

Les laissés pour compte du  Grépon
Ici,  il y a une douzaine de camions qui n’ont pas trouvé de place aux Moliasses. La commune les tolère, mais comme le caravaning est théoriquement interdit à cet emplacement et que la ville  a tout investi dans l’installation du camping, elle n’a rien prévu pour leur accueil. Il n’y a ni branchement électrique, ni eau,  donc bien sûr pas de sanitaires et pas de toilettes.
Les résidents ont installé un petit groupe électrogène auquel sont branchés plusieurs camions, mais pas tous. Cela fournit assez d’électricité pour la lumière, l’ordinateur et la télévision, mais pas pour le chauffage électrique.
Pour la douche, on   leur a conseillé  d’aller se doucher à 600 mètres de distance, au camping des Moliasses, où il y a déjà beaucoup de monde, mais ils y sont bien accueillis. Il y a un vrai esprit de solidarité dans cette petite colonie.
Pour le chauffage, c’est comme au camping, il faut se débrouiller : bois ou gaz. La consommation est forte par ces grands froids : une grosse bombonne de gaz à 28 euros par semaine (la commune leur donne des bons pour acheter le gaz). Certains sont bien équipés et ont des toilettes chimiques dans le camion. Pour les autres, c’est dans la nature...
Pour l’évacuation des ordures, un arrangement a été trouvé avec les employés de Chamonix Propreté qui ont leur hangar juste à côté.
Tous m’ont dit avoir un travail à Chamonix, à la Compagnie du Mont Blanc, dans l’hôtellerie, la restauration ou le commerce. Pour eux, malgré l’inconfort,  c’est un choix de vie.  Ils ont refusé le logement fixe quand on leur en a proposé un. « C’est aussi à cause des chiens qu’on préfère être  là, ils sont plus heureux qu’enfermés ! ». En effet, beaucoup en ont un ou plusieurs.
Emmanuelle,  employée dans un hôtel, m’explique qu’elle prend sa douche sur son lieu de travail, « mes patrons sont sympas ! ». Pour Adrien et Sébastien « pas question de payer un loyer 500 euros, on n’y arriverait pas ! ».
On peut avoir un double regard sur ces saisonniers au logement précaire : certains chamoniards ou touristes ont un sentiment de malaise sinon de rejet  quand ils les voient depuis la route : le désordre d’un campement  peuplé de marginaux, les chiens, l’absence de commodités...  Mais quand on va bavarder avec eux, l’empathie s’installe vite : ils sont accueillants et de bonne humeur, ce sont des travailleurs, ils font tourner l’économie chamoniarde, ils ne sont pas revendicatifs et  ils assument leur mode de vie.

 Voir le diaporama ci-dessous:

Si vous désirez faire un commentaire. Cliquer sur "commentaires" ci dessous.

15 commentaires:

Dany Bachelard a dit…

Je pense énormément à eux depuis quelques jours, avec ce froid, ce manque de confort, les trajets à pieds le soir vers 23h30 le long de la route blanche lorsqu'ils regagnent la caravane ou le camion ! Ce sont des jeunes très courageux...........et moi j'ai honte!

carole a dit…

Bravo enfin un regard positif sur des saisonniers qui en effet font vivre, eux aussi, l'économie locale!

Anonyme a dit…

Pour eux, malgré l’inconfort, c’est un choix de vie. Ils ont refusé le logement fixe quand on leur en a proposé un.
Voila tout est dit, je suis désolé mais je ne compati pas avec eux.

dany Bachelard a dit…

Ah oui, c'est un choix de vie, par -16°? En restant anonyme et en ne compatissant pas j'ai juste un petit doute sur votre profession!

Psyko Spirou a dit…

Vous dites "marginaux" !?
Mais ce sont des gens qui bossent ! Je ne savais pas que l'hôtellerie, la restauration, le commerce employaient des marginaux !
Comment Chamonix, la ville du Kandahar, la Mecque de l'alpinisme et du ski de haute montagne peut-elle accueillir si mal les gens dont le travail consiste à accueillir, nourrir ... les touristes ?? Quelques places dans un camping municipal, avec de vraies installations sanitaires et électriques permettant de chauffer confortablement, et sans risques leurs camions, ce ne serait quand même pas la mer à boire non ??
Mais non, on préfère considérer que ce sont des "marginaux" qui n'ont qu'à se débrouiller par eux-mêmes puisqu'ils ont refusé l'hébergement qu'ont leur proposait. Mais bon sang, ces gens, c'est le serveur du resto, c'est la femme de chambre de l'hôtel ... ce sont des gens comme vous et moi !

Anonyme a dit…

Pour tout vous dire je suis saisonnier aussi en restauration et je gagne le smic Hotelier, j'ai un chat et un chien et cela ne m'empeche pas d'avoir un logement.

Anonyme a dit…

Mr Lasserre: c'est bien de commencer à faire du social par -20°. Je rejoins le mode de vie choisi et non la défaillance de choix car beaucoup de smicards s'installent dans un studio à cham sud . Ce choix (et les chiens !!) est imposé à la population chamoniarde. Autant qu'ils soient dans le camping des moliasses avec des sanitaires Par ailleurs , il est plus facile de râler que d'âgir : c'est la première fois que vous allez à leur rencontre et je ne crois pas avoir entendu de votre part des solutions... Une opposition constructive oui, une démagogie "bobo " ou "une bonne conscience de gauche" non. L'avenir n'est pas à ceux qui parlent pour essayer de se faire entendre , mais à ceux qui projettent en réfléchissant et en travaillant: sinon c'est la déprime (N'est ce pas Docteur !!)

Blog d'Eric Lasserre a dit…

Certains ironisent sur mon subit intérêt pour les saisonniers parcequ'il fait - 20°. Et de façon anonyme, comme c'est facile, quel manque de courage! Que ce cher lecteur sache qu'il y a des années que je visite régulièrement le Grépon en toutes saisons. Qu'il sache aussi, puisqu'il me reproche mon inaction, qu'après ma visite de ce mois de février, j'ai eu le contact avec la conseillère municipale responsable du social et que j'ai rendu visite à la directrice des services sociaux pour examiner avec elles les meilleures solutions pour améliorer la situation précaire des occupants de ces campements et pour faire des propositions. Tout en sachant que le problème est difficile et qu'il n'existe pas de solution idéale.

Anonyme a dit…

Je vois que mon témoignage ne vous a pas plus pourtant il étais plein d honnête vous l avez enlevez ou quoi? Si c cas vous me décevez ,fair du social avec gens pareil. Sa use mon moral allez aidez des gens qui le mérite

Blog d'Eric Lasserre a dit…

Oui en effet, j'ai enlevé deux messages que j'ai trouvé limite insultants pour les saisonniers. Quand on critique à ce point, on ne doit pas le faire de façon anonyme, je l'ai déjà dit pour un commentaire plus haut. Sur mon blog, j'aime bien que les gens se nomment. La critique est trop facile, ce que j'aimerais, pour faire avancer le problème, ce sont des propositions concrètes. Je n'ai pas envie de blesser les saisonniers que je connais, et qui eux aussi lisent mon blog. Cordialement
E.L.

Anonyme a dit…

Sa ne siar à rien d' ouvrir les débat. Alors si tous doit allez dans votre direction votre blog ne sert à rien Juste à vous amusez à fair le bon saint mari tain et annonimat et un droit que vous propose enlever le alors je suis déçu de votre part un chamoniard qui aime sa vallée à +

SamSam a dit…

Anonyme...vous ne comprenez decidément rien!
C'est a cause de gens a l'esprit aussi etriqué que le votre que les gens ont une mauvaise image des PERSONNES vivant en camion...

Vous avez fait le choix d'avoir une vie tracée comme on vous l'a toujours appris...grand bien vous en face.
Nous avons choisi une autre route. Méritons nous des insultes pour autant?????

L'argent n'est pas un probleme...nous aussi on pourrait se payer des appart...mais on n'en veux pas!!!!!!!! C'est simple!

Quand au coté marginal ne vous en faites pas, on le vit tres bien...Regardez, jai meme internet!!!! Et je sais ecrire!!! Dingue non??
De plus j'ai des parents aavec qui je mentend parfaitement,une famille et meme de l'argent de coté!!!!!!!

Jaime ma vie, jai tout ce qu'il me faut et n'en changerai pour rien au monde.

Laissez nous vivre vous, les biens pensants...c'est tout ce que l'on demande...

Bise des Moliasses

Kamkkam a dit…

Bonjour, je rejoindrais sam, notre mode de vie nous l'assumons pleinement, dans le même temps il aurait été compliqué pour moi de tenir sans les structures tel que l'accès a l'électricité et l'eau courante. ( le point d'eau et sanitaires du grépon a été fermé dès novembre. ) je tiens également à preciser que nous payons un loyer touts les mois, et quant aucun cas nous sommes dans une logique d'asistanat, de plus il me semble que la ville de chamonix rencontre des difficultés à proposer le logement pour les saisonniers.
Il me.semble regretable de devoir cacher son mode de vie pour pouvoir trouver un travail tant la peur d'être jugé est prégnante. Il est facile d'avoir peur, de juger notre mode de vie sans nous connaitre.
Etre ouvert d'esprit, aller de l'avant, voyager, aller à la rencontre de l'autre ... C'est le chemin que nous avons choisi.

JPB a dit…

Bonjour
Si la vie en camion c'est le bonheur alors bravo à vous qui avez choisi ou subit ce mode de vie. Je vous souhaite plein de courage et de bonheur.
Amicalement
JP

nicolas menguy a dit…

Bah çette année il ouvrira pas , bien çhamonix de mieux en mieux